Cyrille Atitung : L’Eglise accueille les pécheurs

couv-livre-atitungn

En Afrique proconsulaire, la discussion sur l’identité de l’Église occupe toute l’antiquité chrétienne. Le schisme donatiste est au cœur des débats. Le problème de l’identité de l’Église est reposé, mais cette fois de manière tranchée. Les présumés pécheurs étaient priés d’aller voir ailleurs, l’Église ne pouvait accepter des indignes qui avaient sombré pendant les persécutions.

De nos jours, dans les milieux catholiques, les débats sur l’originalité de la communauté ecclésiale sont fréquents. Ils permettent de cerner l’identité et la vocation première de l’Eglise au milieu des sociétés où foisonne une diversité de cultures. Dans les milieux gagnés à une religiosité populaire, la bataille consiste plus à écarter qu’à rassembler.

Cet ouvrage sur l’accueil des pécheurs garde son actualité en cette année jubilaire dédiée à la miséricorde. On pourrait s’inspirer des réflexions que nos Pères dans la foi nous ont léguées pour traverser courageusement notre époque dans ses bouleversements comme dans sa progression vers le salut.

 




Le professeur Mugaruka est mort

Monsieur l’abbé Richard Mugaruka, prêtre de Bukavu, professeur d’Ecriture sainte depuis de longues années, est décédé le dimanche 6 novembre à Kinshasa. Il sera enterré le samedi 12 novembre à Katana dans le Sud-Kivu. Le recteur et toute la communauté de l’Institut saint Eugène de Mazenod implore la miséricorde du Seigneur sur son serviteur. 




Rentrée académique 2016-2017

1-IMG_4952

 

Ils viennent de passer la première semaine de la nouvelle année académique 2016-2017. Les étudiantes et étudiants des trois instituts d’enseignement supérieur régis par l’Assemblée des supérieurs majeurs des religieux. Ce sont : l’Université saint Augustin, l’Institut supérieur pédagogique catholique et l’Institut saint Eugène de Mazenod des missionnaires oblats de Marie Immaculée.

Le 15 octobre, pour les professeurs et étudiants des trois instituts rassemblés dans l’église paroissiale Notre-Dame d’Afrique de Kinshasa-Lemba, l’évêque de Kole, dans les provinces du Kasai central et du Sankuru, Mgr Emery Kibal, a présidé la messe à l’Esprit-Saint pour l’ouverture de la nouvelle année académique. Mgr Kibal est un ancien professeur à l’Institut saint Eugène de Mazenod et à l’Université saint Augustin. Dans l’homélie, il a exhorté la communauté des étudiants et professeurs à se mettre tous sous la mouvance de l’Esprit, afin de produire des fruits de l’Esprit au courant de l’année académique 2016-2017.

Après la messe, ce fut au tour du professeur Matthieu Kabeya de prendre la parole dans une leçon inaugurale intitulée « ‘L’Enseignement-apprentissage à l’université aujourd’hui’ ». Pour le professeur Kabeya, les difficultés d’aujourd’hui, dans le contexte de l’enseignement supérieur en République démocratique du Congo, rendent plus exaltante la fonction d’accompagnateur que doit exercer l’enseignant auprès de l’apprenant, centre et acteur de l’apprentissage.

Chacun des trois instituts aura retenu la leçon dans la perspective particulière de son orientation : la philosophie, la théologie et la psychologie pour l’université saint augustin ; la pédagogie pour l’Institut supérieur pédagogique catholique ; la théologie et les sciences de la mission pour l’Institut saint Eugène de Mazenod.




Didier Mupaya : Vivre avec Dieu. La prière chrétienne au quotidien

couverture-mupaya-priere

 

Un nouveau livre sur la prière vient de paraître aux éditions Baobab de Kinshasa : « Vivre avec Dieu. La prière chrétienne au quotidien ». Son auteur : le père Didier Mupaya, missionnaire oblat de Marie Immaculée, professeur à l’Institut saint Eugène de Mazenod.
L’auteur entend contribuer à améliorer, à aider à avancer dans l’amour et la pratique de la prière. Il vise à faire aimer la prière comme une réalité permanente de la vie.

Il fournit d’abord une information de base sur la prière comme dimension objective. L’exemple est donné par le Christ et tous les priants de la Bible.

 

La vérité de la prière consistant dans la relation à Dieu, ce qu’il y a à améliorer, c’est notamment de quitter des prières païennes qui pensent instrumentaliser Dieu par une mentalité fétichiste. Dans une mentalité chrétienne, on apprendra du Christ à prier comme Africains et comme Congolais.

Toute la vie ne se réduit pas à la prière. La tradition monastique apprend qu’il faut prier et travailler, comme le Christ et les prophètes de la Bible, insiste l’auteur.

Que Dieu entende tous ceux qui prient pour la RDC, pour l’Afrique et pour le monde, souhaite le père Didier Mupaya.




Des prêtres du bicentenaire oblat

Mgr Edouard Kisonga, l’un des quatre évêques auxiliaires de Kinshasa, les a ordonnés le dimanche 8 mai, dans l’église de la paroisse Marie-auxiliatrice de Kinshasa-Masina. Ils étaient quatre diacres et seize prêtres. La plupart sont étudiants ou anciens étudiants de l’Institut Saint Eugène de Mazenod. La plupart sont membres de la congrégation des Oblats, fondée en 1816 à Aix-en-Provence, par l’abbé Charles-Joseph Eugène de Mazenod, futur évêque de Marseille, futur saint.IMG_0281




Clôture de la quarantième session de la Chaire Cardinal Malula

IMG_9258La quarante-sixième session de la Chaire Cardinal Malula organisée du 7 au 8 mars par l’Institut Africain des Sciences de la Mission des Missionnaires oblats de Marie Immaculée s’est clôturée le mardi 8 mars avec le mot prononcé par le supérieur provincial des Oblats, grand chancelier de l’Institut Africain des Sciences de la Mission, le père Abel Nsolo.

Deux femmes ont été les modératrices le mardi 8 mars, journée internationale de la femme : Sœur Josée Ngalula, religieuse de saint André, professeur à l’Institut Saint Eugène de Mazenod et Madame Bijoux Makuta, professeur à l’Université Protestante du Congo.

Les conférences du mardi 8 mars ont tourné autour de la transformation des conflits. Le professeur Richard Friedli de Fribourg Peace Forum de Suisse a présenté des outils d’analyse comme passerelle de la théorie à la pratique. Monsieur l’abbé Pascal Zetu, professeur à l’Institut Supérieur Pédagogique Catholique de Kinshasa, a exposé sur les ressources traditionnelles africaines de transformation des conflits. Entre les deux conférences, des communications et témoignages sont venus de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale nationale du Congo, de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la culture (UNESCO), du directeur général de l’Institut des Musées Nationaaux, le professeur Joseph Ibongo et de la communauté protestante Mission 21 du Kwango.

De l’ensemble des travaux, conférences et débats, le recteur de l’Institut Saint Eugène de Mazaenod, le père Anaclet Dupar, retient simplement que le public aura reçu des outils pour résoudre des conflits et vivre en paix au niveau national et international, comme citoyens et chrétiens.




46 ème session de la Chaire Cardinal Malula

CCM 46 C




Journée de « convivialité » avec Eugène De Mazenod

IMG_8801Le mercredi 17 février, la journée de convivialité a lié l’utile à l’agréable, selon le mot du recteur de l’Institut Saint Eugène de Mazenod, le père Anaclet Dupar. Voulue comme un moment plutôt de divertissement, la fête de cette année ne pouvait que prendre un accent particulier en raison de la célébration du bicentenaire de la fondation de la congrégation des Oblats de Marie Immaculée. C’est le 17 février 1826 que le pape Léon XII a approuvé les Constitutions et Règles de la congrégation fondée le 25 janvier 1816 à Aix-en-Provence (Sud de la France) par Eugène de Mazenod, aujourd’hui patron de l’Institut Saint Eugène de Mazenod.

Le grand chancelier de l’Institut, le supérieur provincial des Oblats, le père Abel Nsolo, a ainsi présenté le contexte politique et religieux de la fondation de la congrégation des Oblats. Il a surtout relevé la signification de la célébration du bicentenaire comme moment d’actualisation d’un charisme.

Dans la suite de la communication du père Nsolo, un diaporama a été projeté sur la vie du fondateur des Oblats.

La prière finale de la partie « académique » de la journée est revenue à Mgr Louis Mbwol, évêque émérite d’Idiofa. Ancien maître des novices, ancien évêque d’Isangi, il est le tout premier oblat congolais. Il a prononcé ses premiers voeux en 1955. Mgr Mbwol a exhorté les étudiants de l’Institut Saint Eugène de Mazenod à suivre l’exemple du saint  : que chacun réponde favorablement à l’appel personnel reçu de Dieu.