Les nouveaux doyens et autres chefs de promotion ont été élus

Le frère assomptionniste Zéphyrin Kasereka, de la troisième année de théologie, est le nouveau doyen des étudiants, pour l’année académique 2018-2019, depuis son élection le jeudi 1er novembre. L’Assemblée qui l’a élu lui a aussi assigné deux adjoints : le carme déchaux Jacques Katumba, de la deuxième année de théologie, et  Georges Mbayo, laïc, de la deuxième année en sciences informatiques. Liévin Ibanga, missionnaire oblat de Marie Immaculée, de la troisième année de théologie, est le nouveau responsable de la « culture ».

    Lors de cette séance, le secrétaire académique, le professeur Didier Mupaya, a fourni des informations sur la bonne marche de l’Institut. Il a rappelé, par exemple, que les étudiants peuvent être fiers d’illustres prédécesseurs devenus évêques. Ainsi, une heure auparavant, en ce jeudi 1er novembre 2018, l’annonce avait été faite de la nomination, par le Saint-Père, du nouvel archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, tout premier doyen des étudiants, élu en 1986 dans la même salle dénommée « Oser grand ». Trois autres évêques anciens étudiants de notre institut sont en Angola, au Mozambique et au Sénégal.

Le recteur, le professeur Anaclet Dupar, a exhorté les étudiants au mérite. Il a rappelé quelques recommandations en guise de règles de bonne conduite, de respect mutuel, de discipline.

Le recteur a informé l’assemblée de l’aboutissement imminente des démarches menées auprès du Ministère de l’enseignement supérieur et universitaire du pays pour convertir notre « institut » en une « université ». La conversion s’impose depuis l’ouverture de nouvelles filières autres que la théologie et les sciences de la mission : sciences informatiques, économie et administration des affaires.

A l’ouverture de la séance de ce 1er octobre, le recteur a présenté le professeur Jean-Baptiste Malenge, directeur des communications, nommé secrétaire administratif ad interim.

 




Mgr Ambongo de retour à l’Institut Saint Eugène de Mazenod

« Ce que vous êtes en train de faire aujourd’hui déterminera ce que vous serez demain. Malheur à celui qui ne prend pas au sérieux le présent ».  L’archevêque-coadjuteur de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, a donné ce conseil aux étudiants de l’Institut Supérieur Saint Eugène de Mazenod, le samedi 23 juin, dans l’homélie de la messe qu’il a présidée pour la clôture de l’année académique 2017-2018. La messe a été concélébrée, dans la chapelle du scolasticat saint Eugène de Mazenod, par Mgr Louis Mbwol, évêque émérite d’Idiofa, par le père Joseph Ntumba, supérieur provincial des Missionnaires oblats, et par une vingtaine d’autres prêtres, dont des supérieurs ou anciens étudiants de diverses congrégations partenaires de l’Institut.  

C’était l’occasion d’un fils de la maison qui rentre au bercail, dans son alma mater, après des années d’engagements dans sa vie d’adulte. Dans le théologat saint Eugène de Mazenod, de 1984 à 1988, le jeune séminariste capucin Ambongo Besungu a reçu sa première formation théologique pour être ordonné prêtre. De 1995 à 2005, il a été professeur de théologie morale, jusqu’à sa nomination comme évêque de Bokungu-Ikela. Le voici aujourd’hui archevêque coadjuteur de Kinshasa, après avoir été archevêque de Mbandaka-Bikoro.

« Vous êtes un fils et un père », lui a rappelé le recteur de l’Institut, le père Anaclet Dupar, qui remettait à l’archevêque une photo le représentant en évêque dans la cour du théologat saint Eugène de Mazenod.

Mgr Ambongo, qui avait été élu en 1986 doyen des étudiants, a dit être venu en guise de reconnaissance et pour rendre hommage à ses formateurs. Il a partagé des convictions avec ses jeunes frères. Il a dit se souvenir de son mémoire portant sur le prophète « Amos, le subversif ». L’étudiant a appris à aimer la justice dans la société. « Ce que vous êtes en train de faire aujourd’hui déterminera ce que vous serez demain ».

Alors qu’il est encore en train d’observer, de voir et d’écouter avant de devenir un jour archevêque de Kinshasa, Mgr Ambongo a félicité le corps professoral et toute l’institution pour la formation intégrale assurer à de futurs pasteurs du pays. Il a remercié le supérieur provincial des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée, le père Joseph Ntumba, grand chancelier de l’Institut Saint Eugène de Mazenod,  pour la participation des Oblats à cette tâche d’Eglise. Il a particulièrement félicité pour l’ouverture de nouvelles filières de formation en informatique, en économie et en administration des affaires, qui donnent plus d’occasion à des laïcs de bénéficier de la formation assurer par une institution ecclésiastique.