Allocution du recteur de l’Institut Saint Eugène de Mazenod à l’occasion de l’échange de voeux

image_pdfimage_print

Excellence Mgr Louis Mbwol, Evêque émérite d’Idiofa,
Révérends Pères, Révérendes Mères Supérieures
Chers collègues Professeurs et membres du Comité de gestion de l’ISEM
Très estimés, étudiantes et étudiants de l’ISEM,
Distingués invités,

Dans une maxime qui lui est restée célèbre, Jean La Fontaine déclarait:
« La rareté du fait donne du prix à la chose »
Il y a deux ans, jour pour jour, la cérémonie de l’échange des vœux était presque jetée dans les oubliettes… Je suis heureux, je suis comblé de vous savoir nombreux aujourd’hui sur cette esplanade historique « Oser grand comme le monde ». J’ose croire que ma joie est aussi la vôtre : nous renouons, cette année, avec l’heureuse coutume d’échange des vœux, l’un des événements qui consolident nos liens d’appartenance à la grande famille mazenodienne, coutume, hélas, interrompue pour des raisons indépendantes de la volonté du staff de l’Institut Saint Eugène de Mazenod ! En saluant votre auguste présence, je vous souhaite aussi une chaleureuse bienvenue chez-vous, chez-nous.

Rendons donc grâce au Seigneur et bénissons notre Dieu d’avoir fait que nous parvenions en ce jour bénit sans encombre, lui qui a déjoué les pièges des prophètes de malheur…

Excellence Mgr Louis Mbwol, Evêque émérite d’Idiofa,
Révérends Pères, Révérendes Mères Supérieures
Chers collègues Professeurs et membres du Comité de gestion de l’ISEM
Chers amis, Mazenodiens et Mazenodiennes,

Vous n’êtes pas sans savoir l’atmosphère dans laquelle notre Institution a débuté cette année. La République Démocratique du Congo, pays de résidence pour certains, d’accueil pour d’autres, nage dans la mare d’incertitudes politiques et sociales depuis décembre 2016, situation qui s’est encore faite préoccupante et inquiétante peu avant la rentrée académique 2017-2018. Quoiqu’il en soit, notre Alma mater, ISEM, nous a ouvert ses portes le 16 puis le 23 octobre 2017, à 8h00. Les étudiantes/étudiants et les professeurs, tout comme le personnel administratif et employé, se sont donné rendez-vous respectivement dans les auditoires et bureaux. Les enseignements ainsi que les autres activités académiques et para académiques se sont déroulés sans encombre, comme prévus au calendrier.

Permettez-moi de souligner ici deux faits majeurs qui ont marqué la rentrée académique 2017-2018, deux événements qui ont écrit en lettres d’or une page d’histoire de notre Institution académique et lui ont donné une valeur ajoutée, pour ne pas les citer : l’ouverture du deuxième cycle en Théologie avec trois orientations – dogmatique, morale, pastorale(pratique) – et, bien sûr, la création et le lancement de trois nouvelles filières d’études séculières, « profanes », de premier et deuxième cycles, à savoir Administration des Affaires, Technologie et Sciences Informatiques, Sciences économiques et politiques. Une grande première pour l’Institut Saint Eugène de Mazenod, reconnu jusqu’ici comme chasse gardée des sciences ecclésiastiques.

C’est, j’en suis certain, le beau cadeau de Noël que nous pouvons accepter du Seigneur avec gratitude et humilité, la veille des festivités de fin d’année. Je nous félicite du courage et des efforts menés jusqu’à maintenant pour l’intégration, l’unité et l’harmonie entre les sciences ecclésiastiques et les autres disciplines scientifiques, lesquels renforcent ISEM dans sa vocation d’ Ecclesia in societate. En effet, avec ces deux champs de disciplines scientifiques complémentaires, l’ISEM peut redorer le blason d’une Université catholique dont « L’éducation…, considérée dans une perspective de foi, doit nécessairement tenir présentes : la dimension séculière et la dimension théologique et spirituelle » (CONGREGATION POUR L’EDUCATION CATHOLIQUE, Eduquer aujourd’hui. Une passion qui se renouvelle, Vatican, 2015, p. 3 ; Congrès sur l’Education, tenu à l’occasion du cinquantenaire du Décret conciliaire Gravissimum educationis et du vingt cinquième anniversaire de la Constitution Apostolique Ex corde Ecclesiae du pape Saint Jena-Paul II). Dès lors, ISEM est outillé de répondre à l’objectif, toujours de la Congrégation pour l’Education Catholique, de faire des Universités et Ecoles catholiques le fer de lance de l’engagement de l’Eglise dans le domaine de l’éducation (cf, Ibidem).
Autant de nouvelles opportunités qui s’offrent à vous étudiantes/étudiants, notamment acquérir une formation capable de défier la culture actuelle traversée par diverses problématiques : chômage, immigration, dépendance économique, autosubsistance, etc…

Mais aussi de nombreux défis à relever, en l’occurrence le défi des effectifs étudiants, le défi de faire de notre Alama mater un milieu éducatif qui se met réellement au service de la société, et pas seulement de l’Eglise (cf. Gravissimum educationis, n°10) et qui s’efforce de promouvoir une authentique recherche scientifique ; le défi, enfin de vous approprier ce beau patrimoine de l’éducation intégrale et inclusive sous les cieux de l’ISEM et en demeurer les premiers bénéficiaires.

C’est pourquoi, je  nous invite à demeurer vigilants, à dresser nos fronts et à regarder toujours devant et dans la même direction afin d’atteindre les objectifs pastoraux, sociaux et scientifiques que nous nous sommes fixés pour ces nouveaux programmes et filières d’études ; à nous impliquer tant personnellement que communautairement afin de continuer à porter toujours plus haut l’étendard de l’Institut Supérieur Saint Eugène de Mazenod. Oui, chers amis et chers collègues, portons les deux nouveau-né dans nos cœurs ; faisons de l’ISEM notre saré, notre oasis de paix, notre maison commune… N’est-ce pas qu’on ne vit mieux que chez-soi et que le ailleurs n’est que paradis d’illusions…

Excellence Mgr Louis Mbwol, Evêque émérite d’Idiofa,
Révérends Pères, Révérendes Mères Supérieures
Chers collègues Professeurs et membres du Comité de gestion de l’ISEM
Chers amis étudiantes et étudiants de l’ISEM
Mazenodiens et Mazenodiennes, distingués invités,

Puisqu’il nous faut faire place à la fête et conclure cette petite adresse, je m’empresse de vous souhaiter un Noel de joie et de paix, une nouvelle année 2018 jonchée de bonheur et pavée de tous les espoirs. Car, Dieu Emmanuel est avec nous ; il vient, il vient nous sauver. Saintes et fructueuses vacances et déjà, bon retour le 05 janvier 2017. Merci de votre patience…

Fait à Kinshasa, ce jeudi 21 octobre 2017

Le Recteur

Pr P. Anaclet Dupar Lalhé, o.m.i.

www.pdf24.org    Send article as PDF