Les 450 $ comme frais académiques sont-ils réalistes ?

La question a été posée par un père d’étudiant de l’Institut Saint Eugène de Mazenod le jeudi 15 novembre. Ils étaient une trentaine de parents venus échanger avec le conseil rectoral de l’Institut.

Le père recteur, Anaclet Dupar, a souligné cette particularité de notre vision de formation : les parents sont des collaborateurs des responsables administratifs et académiques. Cette première rencontre de l’année académique 2018-2019 a ainsi porté dans une prise de contact et dans l’échange d’informations.

Aux nouvelles, le recteur a fait lire, par le secrétaire général académique, le père Didier Mupaya, les deux arrêtés du Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire, Monsieur Steve Mbikay, portant sur  le changement de dénomination et l’ouverture de nouvelles facultés. L’Institut Saint Eugène de Mazenod devient ainsi l’Université De Mazenod, avec les facultés de théologie et sciences religieuses, sciences et technologies informatiques, sciences économiques et administration des affaires.

Les parents se sont intéressés à l’ensemble de questions concernant la vision de l’Université et les conditions matérielles. Ils ont, par exemple, souhaité de voir s’ouvrir un restaurant pour les étudiants. Et la question s’est imposée : au regard du coût de la vie et de la pratique d’autres instituts et universités, n’est-ce pas que les frais académiques à 450$ sont irréalistes, trop modestes ?

Le secrétaire administratif, a.i., le père Jean-Baptiste Malenge, et le père recteur ont expliqué combien les Missionnaires oblats de Marie Immaculée visent « l’évangélisation des pauvres » et n’attendent pas de l’Université une source d’enrichissement.

Les parents ont enfin effectué une visite des locaux. La satisfaction était générale. Ils promettent d’intéresser bien plus de parents pour envoyer ici leurs enfants.

Tous ont surtout souligné le fait que jamais, à leur connaissance, une université n’a organisé une rencontre avec les parents des étudiants…