Le pape François, modèle pour le leadership transformationnel

IMG_4377
Le pape François est modèle pour le leadership transformationnel. La professeure Chantal Beauvais, rectrice de l’université saint Paul d’Ottawa au Canada, l’a déclaré dans une conférence prononcée le vendredi 29 mai à l’Institut Saint Eugène de Mazenod des missionnaires oblats de Marie Immaculée à Kinshasa-Kintambo. Chantal Beauvais entretenait les étudiants au cinquième et dernier jour de la huitième rencontre des recteurs des universités et instituts de l’enseignement supérieur des Missionnaires oblats de Marie Immaculée. Ils sont venus d’Italie, des Philippines, d’Afrique du Sud, des Etats-Unis d’Amérique et du Canada.

IMG_4347

Et le Saint-Père s’est imposé dans les échanges avec les étudiants. Au début, beaucoup pensaient que le pape venait tout juste changer de place aux chaises !

Pour Chantal Beauvais, par ailleurs professeur de philosophie, le travail de tout chrétien et de toute chrétienne, à la base, est aussi un travail de leadership tranformationnel, avec une remise en question de présupposés et de valeurs. Jésus proposait aussi un changement en profondeur et beaucoup l’ont perçu comme menaçant, a dit l’oratrice.

IMG_4423




Rencontre à Kinshasa des recteurs des institutions oblates d’enseignement supérieur

RENCONTRE ANNUELLE AOIHL 2015Les travaux de la huitième rencontre annuelle des recteurs des institutions oblates d’enseignement supérieur et universitaire se tiennent à Kinshasa depuis le lundi 25 mai. Les recteurs et rectrice viennent du Canada, des USA, d’Italie, des Philippines et d’Afrique du Sud. Ils sont accueillis par le père Anaclet Dupart, recteur de l’Institut Saint Eugène de Mazenod de Kinshasa.

Lors de la séance d’ouverture, au scolasticat de Kinshasa-Kintambo, le supérieur provincial du Congo, le père Abel Nsolo, a rappelé la nécessité de la collaboration comme gage de plus d’efficacité et surtout de la reconnaissance d’une commune identité.

Des étudiants de l’Institut Saint Eugène de Mazenod ont exécuté l’hymne de leur Institut, vantant, au passage, les vertus de leur saint patron, un « saint pour notre temps ».

Le père Fabio Ciardi, directeur du Service des Etudes Oblates, a présenté une première conférence portant sur une recherche scientifique sur la véritable date de fondation de la congrégation des Oblats. La congrégation célèbre, en 2016, ses 200 ans d’existence. Mais c’est un anniversaire de quel événement exact lorsque les archives peuvent faire remonter jusqu’en octobre 1815 au lieu de la date consacrée de janvier 2016 arrêtée plutôt, comme date de fondation officielle, par  un Supérieur général successeur d’Eugène de Mazenod ?

Avant le repas d’ouverture, cette première journée a été agrémentée aussi par une représentation de maques du Ballet Pende.

IMG_3888 IMG_3932 IMG_3911 IMG_4115 IMG_4031 IMG_4020




21 mai : fête patronale à l’ISEM

L’Institut Saint Eugène de Mazenod a célébré sa fête patronale le jeudi 21 mai. Le Fondateur des missionnaires oblats, saint Eugène de Mazenod, est mort le 21 mai 1861.

Avant la séance de représentations dans la cour du scolasticat saint Eugène de Mazenod, les étudiants et les professeurs de l’Institut ont participé à l’eucharistie concélébrée dans la chapelle. Le supérieur provincial des Oblats, le père Abel Nsolo, a présidé la messe. Les pères oblats Soki et Matakumba, ordonnés prêtres le 10 mai dernier, l’ont entouré avant les autres prêtres. Les diacres Nzir et Kimbungu, deux des six qui ont été ordonnés ensemble le 10 mai, ont servi à l’autel.

IMG_3771

Dans l’homélie, le père Nsolo a insisté sur l’exhortation de saint Eugène de Mazenod à aimer l’étude. Le père Nsolo a souligné la différence entre l’étude et les études. Pour lui, autant peu pratiquent l’étude aujourd’hui, autant beaucoup insistent sur les études pour acquérir des diplômes et un certain prestige dénué de tout sens du service à l’Eglise et à la société.

 

IMG_3785

 

 

 

IMG_3769




Le professeur Didier Mupaya à la Semaine théologique de Kinshasa

Quelle catéchèse et quelle célébration liturgique pour les catholiques rentrant d’un passage dans une secte ? Le secrétaire académique de l’Institut Saint Eugène de Mazenod, le père Didier Mupaya, a posé la question et proposé une réponse, le jeudi 14 mai, au quatrième et dernier jour de la 29ème Semaine théologique de l’Université Catholique du Congo. Une enquête (qualitative) menée dans des paroisses de l’archidiosèse de Kinshasa a démontré que les curés de paroisse n’ont pas encore entamé une prise en charge conséquente du phénomène du « retour » des « enfants prodigues ».




Deux nouveaux prêtres et six nouveaux diacres

IMG_3604_opt

Parmi les dix prêtres ordonnés le dimanche 10 mai dans l’église Marie auxiliatrice de Kinshasa-Masina par Mgr Edouard Kisonga, l’un des évêques auxiliaires de Kinshasa, deux sont des missionnaires oblats de Marie Immaculée, étudiants en quatrième année de théologie : Pascal Soki et Gabriel Matakumba.

Les six diacres ordonnés ce dimanche sont tous oblats, étudiants à l’Institut Saint Eugène de Mazenod : Théophile KIMBUNGU , Betuel KINANGENI , Noël NTONI , Sébastien NZIR , Jean  POLOTO et TOTOKANI Jean-Baptiste.

IMG_3562_opt




Deux prêtres et six diacres ordonnés le 10 mai

IMG_3604_optSix nouveaux diacres et dix nouveaux prêtres ont été ordonnés le dimanche 10 mai dans l’église Marie-Auxiliatrice de Kinshasa-Masina par Mgr Edouard Kisonga, l’un des évêques auxiliaires de Kinshasa. Le supérieur régional des Missionnaires de saint Paul, le père Ponti, a présenté les ordinands au nom des supérieurs majeurs de Kinshasa en cette année de la vie consacrée.

Les six nouveaux diacres, Théophile KIMBUNGU , Betuel KINANGENI , Noël NTONI , Sébastien NZIR , Jean  POLOTO et TOTOKANI Jean-Baptiste, sont des missionnaires oblats de Marie Immaculée comme deux parmi les dix nouveaux prêtres, les pères Pascal Soki et Gabriel Matakumba. Les autres sont des missionnaires du verbe divin, dominicain, spiritain, missionnaire d’Afrique, religieux de saint Vincent de Paul et missionnaire de la Société des missionnaires d’Afrique.

Une centaine de prêtres ont imposé les mains sur les diacres après Mgr Kisonga, qui a rappelé, à l’homélie, les tâches du prêtre pour annoncer l’évangile, célébrer les sacrements et accompagner le peuple de Dieu. En citant le Saint-Père François, l’évêque a aussi rappelé aux prêtres religieux leur mission prophétique, pour aller aux périphéries de l’existence et pour réveiller le monde.

Avant de bénir leurs parents et toute l’assemblée, un nouveau prêtre a remercié au nom tous. « Le Seigneur nous a choisis gratuitement, malgré nos faiblesses », a-t-il reconnu.

Au nom des supérieurs, le supérieur provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, le père Abel Nsolo, a répondu par des conseils. « Soyez compétents, dignes et surtout heureux », a-t-il dit